Chronique Baltique n°11 (retour sommaire des chroniques)

Helsinki qu'as-tu fait à mon âme ? Quel tour de magie t'es-tu amusé à déplier ? Tu as pris mon cœur au moment même où j'ai foulé ton sol. Tes bateaux aux allures d'autrefois m'ont emporté vers la mer Baltique ; tes brise-glaces ont taillé la route australe. Tout cela et bien plus encore, rien que pour moi. Tes esplanades démesurées m'ont vidé la tête pour la remplir de bourrasques et de feuilles d'automne, de grands arbres si verts que la nuit s'en imprègne. Tes éclats de lumière m'ont rempli les yeux d'étoiles et de brisures lactées, de neiges éternelles et de flocons d'espoir.

Où es-tu James Joyce, qu'as-tu préféré à ma compagnie ? Tu me laisses seul avec cette Yourcenar qui m'effraye par ce ton désinvolte qu'elle utilise pour me parler. Sans égards aucuns, elle m'emmène à ses côtés rue Skatuddskajen pour un mariage de sang en la cathédrale Uspenski.

Helsinki, de devoir te quitter me rend fou. Ici, je me sens l'âme romantique, fougueux comme ces personnages que l'on trouve chez Dostoïevski. Peut-être pendant une minute, mais qu'importe puisque demain je redeviendrai ce marcheur aux semelles de plomb.

Photos d’humeur

WP_20170825_19_10_28_Pro

WP_20170825_19_13_26_Pro

WP_20170825_19_17_03_Pro

 

 

_________________________________________________________________________________________________________________________

 WP_20170825_19_18_50_Pro

WP_20170825_19_21_45_Pro

 

 

_____________________________________________________________________________________________________________________________

 WP_20170825_19_28_25_Pro

 

 

 

 

__________________________________________________________________________________________________________________________