Chronique pour Stockho n°12 (retour sommaire des chroniques)

Salut Helsi, la bise à Fifi. On s'casse enfin de ce trou à rats. Paraît que dans la Baltosse tout le monde y pissent. Dans la flotte y a du caca qui flotte cause que les ruskofs chient dedans. Alors, finie la romance, j'embraye la marche arrière, sur not' barcasse la bière coule à flots, j'espère que pas nous. Y a des gilets pour tout le monde et des gondoles à gogo, mais perso j'passe mon tour de baignade. Je m'enfile une quinzaine de bibines et je ronfle jusqu'à pas d'heure et tant pis si je fais un tour de manège en plus. Sur not' boîte à sardines, on est tout plein de gogos rigolos. J'ai hâte d'aller me pieuter sinon j'en foutrai la moitié par-dessus bord tant j'ai les nerfs. Tiens, puis pendant qu'on y est le capitaine et ses matelots aussi, histoire de pousser la promenade jusqu'à l'embouchure de la Seine et venir faire coucou à la tour fêfelle. Vu qu'on trimballe 12 étages de box pour entasser les harengs, j'ai hâte d'arriver pour faire la nique à la maréchaussée et tout ce qui porte un képi.

Non, j'sais pas ce que j'ai à gueuler tout seul du haut ma vigie. Une morue qui passe pas.

Dessins d’mauvaise humeur

chron_scandi4

chron_scandi5

 

_____________________________________________________________________________________________________