bathys2

Cinquième Chronique : proxi Squid

J’étais empêtré dans les cordages, je crois que c’est parti de là. Un proxi scopait dru au milieu de la toile en agitation neutronique. Lorsqu’on approche d’un proxi, c’est inévitable. Voici ma première découverte. Le Bathyscaphe faisait des bons en l’air, quelquefois en forme de pirouette. Ce trampoline de fortune rendait improbable l’approche du gyrophare à occultations. Quatre éclats, un codex, deux éclats, un EMP. J’ai mis un peu temps à comprendre qu’il fallait se fixer sur les EMP : Entering Passive Mode. Ce sont les autorisations de connexion délivrées par le Paddle Boat. J’ai aussi compris que le Paddle Boat était un incontournable pour accéder aux connexions. J’ai tenté au hasard de lancer un ancrage chez Hime-Chan pour accrocher Sa Majesté des Mouches. L’idée n’était pas très bonne, pas d’adressage, mais j’ai pu approcher suffisamment le Proxi, et dans la descente vertigineuse du bathyscaphe, jeter un cordage. Il a pris le sommet du Gyroscope. La stabilisation a été immédiate. S’en est suivi la déconstruction rapide de la structure de l’habitacle. J’ai ouvert la trappe d’accès en cas de perdition, j’ai pénétré à l’intérieur du Proxi. Un Proxi de type Squid. Ce sont les plus perméables à l’influx du réseau. Par l’échelle de secours, je me suis glissé dans l’orifice ouvert à mes pieds. La difficulté a été de penser à l’envers. Les jambes en l’air, la tête en bas, pour monter des escaliers, il faut les descendre. Lever un pied, c’est accepter l’idée qu’il faut l’abaisser. Je devais inverser toutes les commandes de mon cerveau. Mais en procédant ainsi, j’ai accepté la domination du codex sur mon organisme. A cette unique condition j’ai pu circuler à l’intérieur du Proxi. J’ai suivi un long couloir en avançant à reculons. Soixante-dix pas plus loin, donc plus près, je me suis retrouvé à la base d’un autre Proxi. J’ai souhaité remonter par son échelle de secours, uniquement pour découvrir si le lieu me permettrait de sédimenter le Bathyscaphe. Il a été nécessaire de réapprendre à mon cerveau ce que marcher à l’endroit voulait dire. Vous n’allez pas le croire, mais c’est bien plus difficile. Depuis, j’ai encore cette impression de fonctionner à l’envers. Un peu comme si j’étais de l’autre côté de moi-même. J’ai donc pivoté sur mon axe longitudinal pour chercher où était la trappe... Je la découvris, grâce aux rivetages de plomb. A l’intérieur de ce Proxi, pas de lumière... Le commutateur devait être situé près d’un réseau filamentaire, je le cherchais à tâtons. Si la disposition était identique à l'autre Proxi, il devait être sur une paroi virtuelle. Manque de chance, je me suis cogné aux armatures du filament. Une étincelle ! Quelle idée, ils auraient pu trouver moyen plus simple afin d’éclairer. J'espérais n’avoir rien endommagé, mais je n’eus guère le temps de vérifier. Si seulement Hime-Chan avait fait un peu attention aux liens qu'elle avait insérés. Mais le problème n’était pas de cet ordre, l’ombre, elle se propageait à mes côtés. Je m’écriais « Qui est là ? », comme si dans un proxi il pouvait y avoir quelqu’un pour me répondre. Pourtant, j’étais certain qu'il y avait une présence, tout près de la moelle épinière. Et je le suis encore. Comment fut-il possible qu'il y ait ici autre chose qu’un Paddle Boat ? La trappe avait été refermée et afin de pouvoir m'échapper de ce Proxi, je devais dénicher un nouvel accès. A force de tourner et tourner sur moi-même, à la façon d’un phare à occultations, j’ai fini par en découvrir un. Opaque, mais un accès quand même. Je pris le temps de m’excuser pour mon impertinence auprès du Paddle Boat, expliquer que je ne faisais que passer. Je concluais par « Bien le bonjour chez vous.. ». Une fois à l’extérieur du Proxi, j’introduisis une ligne de code afin de rendre de la cohérence à mon bathyscaphe. Pour un bâtiment de ce type, peu de temps furent nécessaire à sa matérialisation. Malheureusement, elle eut lieu au beau milieu d’un nœud d’ondulation. J’y grimpais tout de même pour y prendre place. La nausée s’empara de mon estomac tout en m’éloignant de ce Proxi trop peu structuré, et peut-être à l’abandon. Un proxi du type Squid, a Wandering Squid. Wandering, vous savez ce que ça veut dire ? Pas moi ! On devrait toujours faire attention au type du Proxi auquel on s’affile. Et apprendre l’anglais !

Prochaine chronique : une rencontre