Un petit coup de pub pour le carré d'Ivan

jattends51

Et une petite contribution personnelle sur la question carrée :

squarre3

Carré de têtes

Inimitable retournement de la tête au carré où la passion des idées à angle droit court après la direction.

Pré carré

Empilement herbeux qui multiplié par lui-même donne une meule de foin.

Carré frais

Me rappelle ces souvenirs cantiniers où roulent les petits pois sur de tristes tables inclinées en attendant les aigreurs orthographiques, suivies de renvois grammaticaux.

Le carré

Etirement sans fin d’une suite de coins que les bonnets d’âne empalent sur de pauvres segments oubliés par les mystères arithmétiques.

Décarrer

Synonyme de décamper, mais à cause des pavés et non des campements ennemis.

Carré Hermès

Mouchoirs destinés à de vieilles fesses que la finance honore, dédaigneuse et hautaine.

Il ne fut jamais noir par peur d’avoir à décaner pour le grand soir.

Il ne sera jamais rouge, par crainte de finir dans la boue.

La somme des carrés

Rappelle souvent le dialogue des péripatéticiens avant que Pythagore ne s’occupe d’opposer les sinus à la grande diagonale du fou.

Elevé au carré

A toujours été mal compris par les éducateurs. De là, vient la confusion avec les lits du même nom que la passion des corps a délaissés pour y coucher la haine de soi et l’amour d’un fusil.

Le carré des officiers

Est un lieu de nausée où l’intelligence a rendez-vous avec la mort.

Carré magique

Dont le seul tour de passe-passe est de faire disparaître les enfants et leur sourire ébahi pour le remplacer par la danse macabre que N. Kaldor exécute pour les imbéciles qui croient encore que la finance est ruisselante.

Carré de l’Est

Est une organisation odoriférante qui achève les frigos et impose une crainte féroce aux Américains. Quant à l’Ouest, rien de nouveau… Sinon un fromage central.

Origine du carré

Il faut remonter à l’Australopithèque. A cette époque de la lointaine histoire que l’on nomme par erreur près-histoire, l’économie était basée sur la collectivisation des biens. Est arrivé l’homme de Néandertal, avec son air con et débonnaire. Sur le sol, à l’aide d’un bâton, il a dessiné un cercle, y a planté un pieu au milieu et y a attaché un mammouth, le dernier, pour qu’il broute en paix. Le rayon étant trop grand, le mastodonte a bouffé le bonhomme. Sur l’instant, l’Australopithèque a trouvé cela très rigolo. Mais bêtement, pour des raisons neuronales, l’idée a très vite été oubliée et perdue pour les millénaires suivants. Vint alors Homo Sapiens. Tout le monde se foutra de lui et de ses tendances jusqu’à l’invention de la Gay Pride. Mais pour l’instant, avec un autre bâton, il trace sur le sol quatre traits et propose à chacun d’y ranger ses silex et son bordel puis d’y ajouter toute sa famille. Il choisira d’appeler cet endroit carré à soi. Plus tard, bien plus tard, un certain Marx - Karl Mark, à ne pas confondre avec son homonyme Brothers, Marx Brothers - le renommera propriété privée. Une nouvelle fois, l’idée amusa monsieur Pithèque*. Depuis, personne ne sait exactement la raison de l’extinction de cette espèce d’Homo Non-économicus. On pense qu’il n’a pas su s’adapter.

* Diminutif utilisé par l’homme nouveau lors des rencontres mondaines. Ce diminutif n’est plus guère utilisé que dans les cercles de paléontologues après un certain nombre de bières.

TOTALEMENT...

square