Le voyageur internautique

07 juillet 2018

Cinquième Chronique : proxi Squid

bathys2

Cinquième Chronique : proxi Squid

J’étais empêtré dans les cordages, je crois que c’est parti de là. Un proxi scopait dru au milieu de la toile en agitation neutronique. Lorsqu’on approche d’un proxi, c’est inévitable. Voici ma première découverte. Le Bathyscaphe faisait des bons en l’air, quelquefois en forme de pirouette. Ce trampoline de fortune rendait improbable l’approche du gyrophare à occultations. Quatre éclats, un codex, deux éclats, un EMP. J’ai mis un peu temps à comprendre qu’il fallait se fixer sur les EMP : Entering Passive Mode. Ce sont les autorisations de connexion délivrées par le Paddle Boat. J’ai aussi compris que le Paddle Boat était un incontournable pour accéder aux connexions. J’ai tenté au hasard de lancer un ancrage chez Hime-Chan pour accrocher Sa Majesté des Mouches. L’idée n’était pas très bonne, pas d’adressage, mais j’ai pu approcher suffisamment le Proxi, et dans la descente vertigineuse du bathyscaphe, jeter un cordage. Il a pris le sommet du Gyroscope. La stabilisation a été immédiate. S’en est suivi la déconstruction rapide de la structure de l’habitacle. J’ai ouvert la trappe d’accès en cas de perdition, j’ai pénétré à l’intérieur du Proxi. Un Proxi de type Squid. Ce sont les plus perméables à l’influx du réseau. Par l’échelle de secours, je me suis glissé dans l’orifice ouvert à mes pieds. La difficulté a été de penser à l’envers. Les jambes en l’air, la tête en bas, pour monter des escaliers, il faut les descendre. Lever un pied, c’est accepter l’idée qu’il faut l’abaisser. Je devais inverser toutes les commandes de mon cerveau. Mais en procédant ainsi, j’ai accepté la domination du codex sur mon organisme. A cette unique condition j’ai pu circuler à l’intérieur du Proxi. J’ai suivi un long couloir en avançant à reculons. Soixante-dix pas plus loin, donc plus près, je me suis retrouvé à la base d’un autre Proxi. J’ai souhaité remonter par son échelle de secours, uniquement pour découvrir si le lieu me permettrait de sédimenter le Bathyscaphe. Il a été nécessaire de réapprendre à mon cerveau ce que marcher à l’endroit voulait dire. Vous n’allez pas le croire, mais c’est bien plus difficile. Depuis, j’ai encore cette impression de fonctionner à l’envers. Un peu comme si j’étais de l’autre côté de moi-même. J’ai donc pivoté sur mon axe longitudinal pour chercher où était la trappe... Je la découvris, grâce aux rivetages de plomb. A l’intérieur de ce Proxi, pas de lumière... Le commutateur devait être situé près d’un réseau filamentaire, je le cherchais à tâtons. Si la disposition était identique à l'autre Proxi, il devait être sur une paroi virtuelle. Manque de chance, je me suis cogné aux armatures du filament. Une étincelle ! Quelle idée, ils auraient pu trouver moyen plus simple afin d’éclairer. J'espérais n’avoir rien endommagé, mais je n’eus guère le temps de vérifier. Si seulement Hime-Chan avait fait un peu attention aux liens qu'elle avait insérés. Mais le problème n’était pas de cet ordre, l’ombre, elle se propageait à mes côtés. Je m’écriais « Qui est là ? », comme si dans un proxi il pouvait y avoir quelqu’un pour me répondre. Pourtant, j’étais certain qu'il y avait une présence, tout près de la moelle épinière. Et je le suis encore. Comment fut-il possible qu'il y ait ici autre chose qu’un Paddle Boat ? La trappe avait été refermée et afin de pouvoir m'échapper de ce Proxi, je devais dénicher un nouvel accès. A force de tourner et tourner sur moi-même, à la façon d’un phare à occultations, j’ai fini par en découvrir un. Opaque, mais un accès quand même. Je pris le temps de m’excuser pour mon impertinence auprès du Paddle Boat, expliquer que je ne faisais que passer. Je concluais par « Bien le bonjour chez vous.. ». Une fois à l’extérieur du Proxi, j’introduisis une ligne de code afin de rendre de la cohérence à mon bathyscaphe. Pour un bâtiment de ce type, peu de temps furent nécessaire à sa matérialisation. Malheureusement, elle eut lieu au beau milieu d’un nœud d’ondulation. J’y grimpais tout de même pour y prendre place. La nausée s’empara de mon estomac tout en m’éloignant de ce Proxi trop peu structuré, et peut-être à l’abandon. Un proxi du type Squid, a Wandering Squid. Wandering, vous savez ce que ça veut dire ? Pas moi ! On devrait toujours faire attention au type du Proxi auquel on s’affile. Et apprendre l’anglais !

Prochaine chronique : une rencontre

Posté par olioweb à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


30 juin 2018

J’ai beau secouer la lucarne en tous sens…

lucarnavalJ’ai beau secouer la lucarne en tous sens…

Un coup à droite, puis de haut en bas. Rien, pas l’ombre d’une ouverture pour m’y pencher et vous y trouver. La nuit, les étoiles, une étoile filante, tout y est. Alors, que faire d’autre ? Fermez les yeux en espérant le sommeil et priez pour le retour de la lucarne…

Posté par olioweb à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 juin 2018

Pauvre pauvre voyageur

bathys2

Interlude

Il boit plus que de raison, le coma éthylique le guette. Je le surveille, mais il échappe à ma vigilance. Il profite de mon sommeil pour aller visiter d’obscurs endroits que la crainte d’une répression féroce, me fait nommer : Le Réseau. Vous, qui passez ici, aidez-moi, épiez-le, écoutez ses mensonges, et rapportez-les sans failles aux grandes oreilles qui scrutent notre monde. Par retour, je saurai attraper l’animal et s’il est trop saoul pour me rejoindre, je le réprimanderai. Pendant que vous tentez de le localiser, je m’en vais cacher ses maudits litrons, ou bien les vider dans l’évier. Que ce picrate épais et suri, s’en aille encrasser les canalisations. Je voudrais pouvoir dormir un peu. Que mes yeux se ferment, que le silence de la nuit, retombe sur ma conscience. Surveillez, mes amis et dénoncez ce vagabond que je m’en saisisse dès la fin de ma noctambule randonnée, dès que la gardienne des songes me ramènera à la réalité journalière. De celle qui défile en rangs serrés juste au-dessous de ma fenêtre. Merci, ami dénonciateur.

 


 

Posté par olioweb à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 juin 2018

Qui suis-je pour critiquer…

Qui suis-je pour critiquer...

trois_chats1_cpr

Il n’est point l’habitude ici, de faire la critique de livre que j’ai l’outrecuidance de parcourir. D’abord, parce que ce n’est pas l’objet de ce site et surtout parce que, comme cela est judicieusement expliqué dans le titre de ma chronique : Qui suis-je pour critiquer ?

Qui suis-je pour juger d’un livre dont j’ai grand-peine à imiter la rigueur ainsi que la qualité de l’écriture ?

Qui suis-je aussi pour aller dire qu’il ne m’a pas plu ?

Heureusement pour notre auteure, par ailleurs une amie chère, personne ne lit mes chroniques. A peine quelques âmes charitables qui me prennent en compassion, ou bien qui ont peur, qu’à force de n’être point lu, je finisse héroïnomane, et que l’overdose me guette. Je tiens à les rassurer tous - un ou deux lecteurs à l’heure qu’il est, répartis sur un mois, j’entends - l’idée même de m’injecter quoi que soit dans les veines me rend fou.

Bref, Claude adorée, je n’ai pas aimé votre ouvrage et me voici fort marri avec ma chronique ridicule. Il ne me reste plus qu’à espérer, à prier les dieux, à souhaiter une coupure soudaine de l’électricité, afin que nul ne tombe sur ces mots idiots.

Heureusement, je suis un piètre écrivain et je pense que mes lecteurs jugeront mon point de vue à l’aune de ma disgrâce auprès de la muse qui me taquine du côté des mots.

Vous me direz avec justesse, à quoi sert une chronique dont l’objet est de ne pas être lue ? A rien ! Justement, et c’est là mon but.

Si pourtant elle existe, c’est à cause de Jean-Yves, un autre ami très cher, lequel m’a expressément demandé de parler du livre de sa belle mère, sans trait d’union ! Ceux qui connaissent Claude Pujade Renaud et ses autres récits, comprendront. Autres récits au demeurant fort beaux et magnifiques dont je ne saurais que conseiller la lecture.

… ou alors, c’est d’entrer ainsi dans l’intimité de ces deux écrivains, dont l’un est le père de l’ami sus-cité - quoique quelquefois l’ami m’exaspère quelque peu, ami, ennemi, il doit y avoir une étymologie commune cachée  - donc cette intimité, ce déshabillage de l’âme, où le pudique croit céder devant la retenue, m’a mis sans dessous dessus. Peut-être aussi cette écriture du quotidien qui dépeint crûment la misère. Cette camarde de tous les jours qui embrasse tendrement sur les deux joues, arrachant mâchoire et dentition, jusqu’aux ligaments, pour ne laisser qu’un trou d’avalement. Entrée et sortie pour une orifice commun ! De surcroît, pour notre plus grand bonheur - mais bonheur et malheur ont aussi une étymologie commune, cette fois, bien apparente - elle fait partie de ces auteures - j’emmerde le masculin quand il l’emporte sur le féminin ! - qui écrivent si bien. Voilà, peut-être ici, énoncée la raison de mon désamour, Claude, tu m’énerves prodigieusement !

Bref, je m’arrête là, mais tiens absolument à ajouter une conclusion à mon propos : Mon Dieu qu’il est dur d’être écrivain, et sur cette souffrance, seulement, je peux rivaliser avec elle.

Une dernière réserve, on m’avait promis qu’on parlerait de moi dans ce livre. J’imaginais à peine un paragraphe, une occurrence parmi le flot des mots, ou une présentation descriptive, afin que le lecteur attentif puisse se faire une idée de ce banlieusard que l’école a martyrisé à langueur d’encrier. Non, pas une occurrence, ni un paragraphe, ou encore un chapitre, mais un livre entier. Tout un pan de ma vie étalé devant mes yeux. Claude c’est beaucoup trop, je ne peux que refuser ce cadeau empoisonné et en guise de remerciement, je t’écris cette chronique assassine pour remettre les compteurs à zéro !

 

trois_chats2_cpr

Posté par olioweb à 18:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

La fable du saumon et du castor

fable_animal

La fable du saumon et du castor

En une rivière qui serpentait aux pieds des monts,

Là où se trouve la petite plaine du Trévin,

Un saumon avait pris l’habitude de narguer les pêcheurs.

Tôt dans le matin brumeux, ou bien à la tombée du soir,

Dans l’espoir de duper la bête, armés de leurs cannes,

A la surface du torrent, ils faisaient virevolter les mouches.

Aucun, jusqu’alors, n’avait réussi l’exploit de piéger le saumon.

L’animal épris de liberté n’avait que faire de ces imitations

Avec lesquelles l’homme tentait de troubler son esprit.

Le poisson plongeait dans les flots avec une rage joyeuse,

Remontait le courant, et par plaisir,

Se laissait emporter, dévalant cascades et rochers,

Ou bien encore, roulait dans la vague, et pour finir,

Se glissait subtilement sous le rocher pour surprendre le menu fretin.

Un jour de printemps,

 Une famille de castors vint s’installer.

Le chef de famille, habile constructeur,

S’en était allé d’un autre plan d’eau qu’il avait terminé d’aménager.

C’était justement de cela qu’il s’expliquait avec le saumon :

« Ne vous inquiétez de rien,

Rassura-t-il le poisson, qui justement ne l‘était pas,

Je m’occupe de tout,

Vaquez à vos occupations, virevoltez au fil de l’eau,

Profitez de la vie, de la nature en bourgeons,

L’eau est si claire, qu’on peut aisément, avec l’air, la confondre. »

En écoutant l’animal, le saumon s’amusa de découvrir un tel sérieux

Chez ce qui n’était, au final, qu’un simple entasseur de bois morts.

Il avait une façon de discourir avec  rigueur, expliquant plans et projets,

Jetant les certitudes à la pelle comme on eut distribué des friandises.

De son côté, le castor se voulait rassurant,

Mais il ne fut, pour le poisson, qu’une énigme de plus,

Qu la rangea avec celle des hommes qui se pressaient tout le long de la rive,

Pratiquant une drôle de science à coup de moulinets,

De bouchons flottants et de plombs raclant les fonds.

Le castor besogna avec sa ferveur habituelle, pendant que  le saumon,

Insouciant, s’amusait des nouveaux remous,

Qu’en amont on avait créé et qui faisaient de si jolis bruits,

Une façon de chansonnette fredonnée à l’ouïe fine du pêcheur aux aguets.

Le printemps touchait à sa fin, et l’été s’apprêtait à brûler les blés,

Mais hélas, la rivière n’avait déjà plus l’allant que, d’ordinaire,

Lui offraient les glaciers majestueux, dominant les monts lointains.

Le saumon inquiet de ce constat, s’approcha du castor qui oeuvrait avec entrain.

Ce dernier lui tint à peu près le discours suivant :

« Messire Saumon, quelle raison vous amène en ce lieu

Que rarement vous fréquentez ? »

« Vos travaux, mon ami,

Lui répondit le saumon,

Ne sont-ils point pour la rivière, un remède

 Bien pire que le mal en cette saison ? »

« Laissez à l’architecte le soin de l’administration

Et profitez en amont de ce que l’aval a perdu »

Lui rétorqua le rongeur, l’œil vif et le nez au vent,

Humant l’air qui se déversait dans la campagne.

« Comment vais-je,

S’écria messire poisson,

Gagner l’amont puisque vous l’avez bouché à coup de limon ! »

« Point de sermon, mon mignon, il reste une option.

Sur l’arrière du lagon, par dessous le pont, on peut aussi passer. »

Le poisson, se contenta de l’avis et en suivit le judicieux conseil.

Déjà l’été s’en était allé depuis belle lurette,

Et les foins coupés sur charrettes emportées,

Que l’hiver s’approcha.

Le saumon avait pris l’habitude de se contenter de la faiblesse du courant

Ainsi que du petit accès que le raton lui cédait sur l’arrière du lagon.

Quelle ne fut pas sa déception, lorsqu’il constata, un peu marri,

Qu’à l’entrée du pont, il restait bloqué.

Notre saumon s’enquit du castor pour rouspéter au sujet de l’étroitesse du passage.

Ce dernier, anticipant la requête, ne lui laissa pas le temps d’ouvrir la bouche.

« Frère de l’étang,

Argumenta l’animal amphibie,

Nous partageons le même bien, n’est-il pas ? »

Le gros poisson, pensant répondre, s’approcha un peu pour se faire mieux comprendre.

Son geste fut pris pour acquiescement.

« Et mon ami, je vous ai fait le plus beau des bains, continua le raton

Sans mentir vous y semblez bien aise, alors, qu’espérer d’autre ? »

Le saumon ne savait que répondre et emporta son chagrin,

Ses rêves de liberté et noya le tout au fond de son étang.

Les heures se mêlèrent aux journées, le poisson grossit et devint moins alerte.

Perdant de sa vigueur, il fut bien heureux de trouver de ces mouches,

Qu’on lui servait naguère à la volée.

Un malheur ne vient jamais seul, il amène avec lui son cortège funèbre,

Et l’animal se laissa attraper et mourut d’étouffement sur l’herbe folle qui courait aux abords,

Sous le regard ahuri du pêcheur amateur qui venait de capturer l’imposant saumon.

L’homme s’empressa d’aller montrer sa pêche devant un aréopage de fins connaisseurs.

Quelques temps passèrent encore,

Et tous ceux qui se plaisaient à traquer l’imposant poisson,

Se trouvèrent sans but et sans idée de conquête prouvant leur valeur.

Ils décidèrent, d’un commun accord, de quitter le lieu pour un autre paradis.

Les autorités assermentées, ayant perdu la charge de surveiller les pêcheurs

Se virent confier la tâche déplaisante, de construire un barrage.

Gagnant en efficacité sur le castor, ne connaissant rien à l’ère du béton,

Les hommes firent d’icelui un inactif sans travail.

Au premier lâcher d’eau, le pauvre animal et toute sa famille,

Furent emportés au milieu des flots.

A ce qu’on m’a récemment rapporté, sur un radeau il agitait encore les bras,

Tel un sémaphore, signalant sa détresse, perdu en plein océan.

Il faut savoir que le castor est assez bon constructeur, mais piètre navigateur.

Il paraîtrait, selon les dires de marins compétents en la matière,

Que notre castor serait à la recherche d’un endroit plus accueillant,

Où les bâtisseurs se soucieraient un peu plus de leurs voisins !

Sachez, messieurs les penseurs épris de liberté,

Que nul ne fait bon ménage avec l’administrateur.

Son efficacité ne nous est présentée

Que pour en  préparer une plus grande encore à venir.

L’appétit sans fin de ceux qui ont un avis sur le devenir des autres,

Emportera un jour, tout un chacun, au gré de l’eau, chercher fortune ailleurs.

Pourquoi pas sur Mars ou Neptune, pourvu que l’espoir perdure,

Et qu’un ainsi, on supporte, avec facilité, la machination de l’administration.

J’ai bien peur, mes amis, qu’en suivant ce principe, bientôt,

Il ne reste de notre terre, qu’un tas de pourriture.

 


 

Posté par olioweb à 18:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


12 mai 2018

Ivan nous porte en Asie...

Avec Ivan, Asiatique me voici devenu !

 jattends49

 

 

 

 

 

 

 

Pour ma part, je suis tombé dans la marmite japonaise !

bento

Au point de devenir complètement Haïkus !

Haiku

Autres contributions :
Le pêcheur de Fukushima  Klick-here !

pècheur

Ivan_Refs

 

 

 

 

Posté par olioweb à 12:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 avril 2018

La dilution

mordre

La dilution

Le regard est premier

Il absorbe l’attention

Avale la moindre vigilance

Espagnole

Elle est l’arène

Et la passion

Mais seulement la passion

Son visage est un horizon

Il dénie le paysage

Sa voix expatrie

Vers l’Orientale oraison

Persiennes entrouvertes

A peine

Espérance de fraicheur

Que les murs se partagent

Le corps est magnifié

Suave, il est beau

Simplement là

Ami du monde

Avec lui, la chair

Appelle l’étreinte

Sans retenue

Le pacte est rompu

Solitude

Irréelle solitude

Inspirer

Vivre pourtant

Il reste la ruelle

L’espoir d’un jardin

De citronniers

Fruits acides

Qu’elle croquera

A pleine bouche

D’orangers aussi

Fleurs d’oranger

m_ordre_petite

Posté par olioweb à 11:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

30 mars 2018

Les aspirateurs à rêves…

sable3

 

Vous arrivez le matin avec vos idées, vos illusions, vos rêveries. Vous repartez avec une pesanteur. Ils portent nom : administrateurs. Et pourtant ce nom même nous trompe. On peut les appeler « cadres administratifs », d’ailleurs ne dit-on pas « les administratifs ». Gestionnaires, compte aussi. Ils apportent avec eux ce mauvais vent qui frigorifie du dedans. Ils promènent de grands sacs remplis de sable qu’ils déversent au-devant d’eux. Vos pieds, observez vos pieds comme ils se laissent ensevelir. Levez la jambe droite, puis la gauche, plus haut, car le niveau déjà vous attrape la cheville. Pendant ce temps, vos paroles cherchent de l’air, mais vos pieds ? Faire les deux est impossible. Parlez… vos pieds… parlez encore… attention, vous avez oublié vos pieds et le sable déjà monte au genou. Alors l’erreur ! L’erreur du débutant… mais il n’y a que des débutants face à ces hommes aux melons britanniques. Inquiets, voici que vous abordez la question de leurs sacs, que peut-être, il faudrait les refermer… à cause du sable. Et voilà, vos paroles ont perdu de l’air, elles pèsent à leur tour. Ne pas évoquer le sable… Il le faudrait. Je connais des personnes qui ont cette force. Au début…

Je voudrais bien que l’on me comprenne. Ils sont nécessaires, comme le bitume pour le pneumatique. Ils sont notre nécessité, nous les avons appelés de nos vœux et ils sont venus. Personnellement, j’ai de la compassion pour eux. Nous les avons faits à notre image, ainsi ils ne sont pas même une consistance. Ils sont notre reflet. Pauvres gens que nous avons faits, remplis d’air. Notre air, celui que nous leur avons insufflé dans la tête. Têtes vides. Ils fabriquent de la planification afin que nous n’ayons pas à nous en soucier. Et nous sommes bien contents nous autres, les rêveurs, les pieds dans le sable tout occupés avec ces maudites valises pleines de sable. Occupés à faire qu’on les referme. Le sable a cette force interne qui le fait s’étaler. Heureusement, dans un premier temps, il sort par la porte du bureau. Si vous avez pris soin de la laisser ouvert, naturellement. Sinon, il faudra compter votre temps avant la suffocation.

Ils sont notre dépression à venir. En nous, ils déposent la culpabilité de n’être que nous, humains, désespérément humains. Trop humains. Ils nous enlisent dans le réel, nous expliquent le plus gentiment du monde que nous faisons fausse route. Mais bon Dieu, fermez cette putain de valise… Nouvelle erreur, la haine ne sert à rien, puisque cette valise est la vôtre. Il n’y a dedans que le poids de votre espérance. Poids en sable.

Je ne vois guère de solution. Leur dire de rentrer chez eux ? Ils n’en ont pas, chez eux, c’est chez nous. Je vous le répète, nous les avons appelés, nous les avons fabriqués, ils sont notre monde.

Il faudrait changer le monde… mais c’est un autre rêve. Et les rêves… on les aspire… Il y a une différence avec le plagiaire, ou bien le voleur, copieurs en tous genres. Ces derniers, d’une certaine manière, rendent hommage à vos idées, à leur façon, je sais. Mais les aspirateurs… Les aspirateurs attrapent vos idées, vos rêves, vos émancipations pour les remiser avec la poussière. La poussière du temps. Et à la place, ils vous offrent un équivalent de leurs poids en sable…

Les administratifs n’ont qu’un défaut… ils ont raison puisqu’ils sont la justification de notre présence, nous les machineurs. Car il faut bien évoquer ces pauvres humains que nous sommes. L’administratif a son corollaire… La transformation de l’artisan en machineur… Même un mauvais artisan aura au moins cette satisfaction maniaque de machiner…

Mais que deviennent nos espérances, nos joies, notre bonheur ? Nous les avons troqués contre un chez-soi bien à nous, entourés des nôtres et nous gobons en famille… de belles histoires cinématographiques emplis de nos rêves… voici tout le poids du sable…

sable4

Posté par olioweb à 19:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

18 mars 2018

Ivan de belles machines...

La machine à Ivan rêve-t-elle d'un agneau mécanique ?

jattends48

Ma contribution machinale ... sera pour un démontage du temps !

machines_loco_man

Autres contributions à la machine :

La machine à écrire (quand écrire n'est plus une question d'écriture)

machine_a_ecrire

Vieux machin (et la menuiserie fut...)

machine_a_reves

La machinerie (une composition ouvrière)

machine_n_home

Si vous souhaitez avoir l'ensemble des nouvelles "La Machinerie" Machinez Là

Posté par olioweb à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

11 mars 2018

Lettre à un ami américain.

américain

 

Je ne vous remercie pas Monsieur l’Américain, venu me distraire dans mon écriture quotidienne avec votre visite impromptue !

Car voilà toute l’affaire : A cause de votre visite, j’ai relu ce que j’avais écrit en 2013. Le 15 mars pour être précis. Insatisfait, il m’a fallu reprendre cette poésie z’avec un « s » !

Alors je vous propose, ami américain, s’il vous venait à passer une nouvelle fois dans nos contrées, à revisiter la page de mon blog

Sans rancune, l’ami…

Posté par olioweb à 12:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]